«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 27 octobre 2018
  • Mise à jour: 8 novembre 2018

Le régime social des cultes souffle ses 40 bougies avec les bonnes grâces du régime général de la Sécurité Sociale

Le 11 octobre dernier, la Caisse d’assurance vieillesse invalidité et maladie des cultes (Cavimac) avait convié ses adhérents à célébrer en présence des plus hautes autorités de la Sécurité sociale le 40ème anniversaire de sa création. Dès sa constitution, en 1978, le régime social des cultes eut la nécessité de s’organiser de manière pragmatique et autonome au regard de la loi de 1905 qui le contraignait à l’autosuffisance. Quarante ans plus tard, au titre de la solidarité nationale, la Cavimac reçoit de la Cnam, de la Cnav et autres régimes, 69 % du montant des prestations qu’elle verse aux ministres des cultes et aux religieux affiliés. Une situation qui pose questions.

Le régime social des cultes est créé en 1978. Quarante ans plus tard, la Cavimac reçoit de la Cnam, de la Cnav et autres régimes, 69 % du montant des prestations qu’elle verse aux ministres des cultes et aux religieux affiliés...

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.