«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 6 avril 2021
  • Mise à jour: 9 avril 2021

Le gouvernement renforce la Miviludes et les moyens alloués à la lutte contre les dérives sectaires

Face à l’augmentation des dérives sectaires, Marlène Schiappa renforce les moyens alloués à la lutte contre les dérives sectaires. Ce jour, elle dote d’1 million d’euros la Miviludes et installe son conseil d’orientation.

Ce mardi 6 avril, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa a indiqué que les moyens alloués à l’appel à projets dédié à la lutte contre les dérives sectaires sont multipliés par 10 : la ministre a souhaité déployer 1 million d’euros (contre 100 000 euros auparavant) pour mieux financer les initiatives locales et associatives sur le terrain. A leur sujet elle a déclaré : « Je veux saluer le travail formidable des associations, telles que l’UNADFI ou le CCMM – qui font d’ailleurs partie du nouveau comité d’orientation de la Miviludes que j’installe aujourd’hui – c’est pour leurs initiatives que nous débloquons 1 million d’euros – soit un budget multiplié par 10. Cet appel à projet inédit vise à mieux protéger les françaises et les français contre toutes les formes de dérives sectaires. Nous voulons protéger les citoyens de ces dangers ! ».

La ministre a également installé ce jour le conseil d’orientation de la Miviludes qui sera désormais dirigée, en liaison avec le SG-CIPDR, par la magistrate Hanène Romdhane. Cette dernière possède une excellente connaissance du terrain et prend ses fonctions en ce début de mois d’avril. Quant au conseil d’orientation de la Miviludes, chargé d’appuyer la Miviludes dans le combat contre les dérives de nature sectaire ; il est composé des représentants des ministères, d’experts, de parlementaires et d’associations dont 10 personnalités qualifiées [1] et 6 représentants des administrations et ministères concernés.

En france, 140 000 personnes sont touchées par les dérives sectaires, dont 90 000 enfants, et de nouveaux phénomènes inquiétants ont fait leur apparition à l’aune de la crise sanitaire (pratiques d’exorcisme, déviances dans le domaine de la santé et du bien-être, stages de survivalisme extrême...). Face à la recrudescence de dérives sectaires, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, avait confié le 12 octobre dernier une mission sur les nouvelles tendances émergentes. Les décisions annoncées aujourd’hui par Marlène Schiappa s’appuient sur les résultats de cette mission.

[1Les personnalités qualifiées : Mme Marie-France Hirigoyen, psychiatre et psychothérapeute familiale ; M. Georges Fenech, magistrat (ancien président de la Miviludes) ; Mme Joséphine Lindgren-Cesbron, présidente de l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (UNADFI) ; M. Francis Auzeville, président du Centre contre les manipulations mentales Roger Ikor (CCMM) ; le sociologue Gérald Bronner ; la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury ; Mme Marie-José Aube-Lotte, avocate générale, cheffe du service de l’entraide pénale et de la coopération internationale, près de la Cour d’appel de Paris ; M. Eric Delemar, Défenseur des enfants, adjoint de la Défenseure des droits ; M. Philippe Jean Parquet, professeur de psychiatrie ; M. Axel Kahn, président de la Fédération « Ligue contre le cancer ».

Evénement
Cela s’est passé le... 6 mai 1576 : la paix de Monsieur

La paix de Monsieur conclut la cinquième des huit guerres de religions qui ont ensanglantées la France et déchirées l’Europe.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.