«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 14 juillet 2021
  • Mise à jour: 15 juillet 2021

Pass encore ...

En vacances ou non, les français sont encore une majorité à bénéficier des aides mises en place par le gouvernement pour faire face à l’épidémie de Coronavirus. Depuis les annonces présidentielles du 12 juillet, ils sont aussi nombreux, plus d’un million par jour, nous dit-on, à se précipiter pour obtenir un rendez-vous de vaccination ou à se rendre directement dans les centres pour une première injection. Plus que la menace de la quatrième vague, c’est celle d’être refoulés dans quelques jours des trains, des avions, des bars, des restaurants, des lieux de culture, etc, qui a eu raison des plus indécis. On notera, comme s’est empressé de le faire remarquer par communiqué la Conférence des Évêques de France (CEF) que les lieux de culte ne sont pas concernés par le pass sanitaire ou pour le dire autrement, les fidèles ne sont pas astreints aux deux injections ou au test antigénique ou PCR pour se rendre et assister aux offices religieux. Nonobstant les recommandations faites et les assurances sur le suivi des gestes barrières données par une Église catholique responsable, on peut encore, une nouvelle fois constater la différence de traitement, faite par le gouvernement, entre activités cultuelles et culturelles. Un nouvel épisode qui ne connait toujours aucune explication, ni grande contestation non plus. Qu’importe, une majorité des français ne sera pas en reste. Ils auront un accès libre aux nourritures terrestres : les grandes messes des supermarchés devraient aussi continuer d’avoir lieu, sans pass sanitaire.

Mais au diable les mots d’esprit. Tout cela ne convie guère à la joie et encore moins à la grâce. Dans toutes ces annonces présidentielles qui règlent nos vies et qui déterminent nos libertés, n’est-ce pas la Liberté que l’on fracture sous nos yeux et nos esprits étourdis du silence des confinement et aujourd’hui, du tumulte retrouvé de l’été et des départs en vacances. La Liberté, comme la société, ne se trouve-t-elle pas ainsi encore plus divisée par ces multiples libertés accordées aux uns et aux autres, à raison ou non, mais pas à raison démocratique, car plus jamais données à tout le monde et au même moment. « Un tout le monde », il est vrai, qui mérite un peu ce qui lui arrive pour ne pas avoir compris l’utilité civile et civique de la vaccination. Ne pas avoir compris que la vaccination est un pass pour la Liberté et non un pass sanitaire qui la divise, qui restreint à des libertés de couloirs et de parloirs.
Si l’on peut voir dans le pass sanitaire, l’échec du gouvernement à n’avoir su convaincre et organiser la vaccination en temps en heure, d’avoir attendu le 12 juillet pour obliger à la vaccination alors qu’il aurait largement pu le faire au mois de mai, en prévision des vacances ; il faut aussi le regarder comme l’un des nombreux « témoins de fissures » qui informent, pour qui veut les regarder, sur le mouvement des failles qui fracturent le socle de nos sociétés modernes et, paradoxe de la tectonique socio-économique, y érigent des murs. Failles éducatives, sociales, économiques, culturelles et maintenant sanitaire segmentent depuis des années, la société ; le courant « woke » et toutes ces formes de pensées « intersectionnelles », en sont l’aboutissement. La segmentation, l’outil marketing par excellence, brutalise les sociétés et les aculture. La segmentation, pédagogie de la différence, n’enrichit pas mais profite de la division pour s’ériger en un principe nourri des droits individuels qui détricote le droit positif, nos lois qui nous garantissent la Liberté, l’Égalité et à la Fraternité.

En ce jour de 14 juillet, fête nationale française, que commémorons-nous ? La prise de la Bastille, symbole du pouvoir de l’enfermement ! Cela ne devrait-il pas nous donner à réfléchir sur cette Liberté fracturée ? Une Liberté défendue aujourd’hui au nom de l’identité et du droit individuel et qui ne sait plus qu’élever des murs entre les citoyens.
Exceptionnellement, mais opportunément, nous choisissons ce 14 juillet pour prendre un peu de champ et vous donner rendez-vous le 28 août, pour la rentrée.
En attendant bonnes vacances. Et surtout vaccinez-vous ! Nous c’est fait. Et même si il est déjà trop tard pour beaucoup pour avoir leur pass dans les temps et profiter pleinement des vacances, comme citoyens, en se vaccinant, nous préparerons tous une rentrée sanitaire et économique plus sereine, plus libre, plus profitable pour tous et à chacun. L’imprévoyance et l’obéissance (de et à l’État), pass(e) encore... la soumission au virus, véritable ennemi de la Liberté, non.

Evénement
Vacances ....

Nous vous souhaitons de bonnes vacances ! Rendez-vous à partir du 28 août pour la reprise. D’ici là plus d’envoi des lettres hebdomadaires mais nous restons en veille sur l’actualité !

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.