«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 30 décembre 2020
  • Mise à jour: 8 janvier 2021

La Grande Mosquée de Paris s’est retirée du projet de création du Conseil national des imams

En se retirant du projet voulu par Emmanuel Macron, Chems-eddine Hafiz, le recteur de la grande Mosquée a dénoncé l’influence de “la composante islamiste” au sein du CFCM et invoqué pour justifier son geste, la franchise et la clarté qui caractérise son engagement depuis qu’il est recteur de la Grande mosquée de Paris.

Au cours du mois de novembre dernier, le Président de la République avait souhaité la rédaction d’une « charte des valeurs », préalablement à la mise en place du Conseil National des Imams (CNI), engageant les fédérations composant le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) rappelle Chems-eddine Hafiz, Recteur de la Grande Mosquée de Paris dans un communiqué du 28 décembre annonçant sa décision « irrévocable » de se retirer du projet de Conseil national des imams (CNI), voulu par l’Élysée et confié au Conseil français du culte musulman (CFCM), en dénonçant l’influence de « la composante islamiste » au sein du CFCM.
« J’ai décidé (...) de ne plus participer aux réunions qui visent à mettre en œuvre le projet du Conseil national des imams et de geler tous les contacts avec l’ensemble de la composante islamiste du CFCM », écrit le recteur, Chems-Eddine Hafiz, dans ce communiqué affirmant que « la GMP ne se rendra jamais complice de ces viles manipulations au détriment des intérêts de la communauté nationale et de ceux des citoyens de confession musulmane » après avoir souligné que ce qui caractérise son engagement depuis qu’il est recteur de la Grande mosquée de Paris, « c’est la franchise et la clarté »

Manipulations et négociation bloquées

Le projet d’un Conseil national des imams (CNI) chargé de certifier leur formation en France a été poussée avec insistance par l’Elysée dans le cadre de son projet de loi contre l’islam radical et les « séparatismes ». Sa création a été accélérée après les effroyable crimes qui ont coûté la vie à Samuel Paty et à 3 fidèles catholiques à Nice. Confié au CFCM, le principal interlocuteur du gouvernement sur les questions d’organisation du culte musulman en France, les neuf fédérations de mosquées qui le composent devaient d’abord se mettre d’accord début décembre sur une « charte des valeurs républicaines ».
« Malheureusement, la composante islamiste au sein du CFCM, notamment celle liée à des régimes étrangers hostiles à la France, a insidieusement bloqué les négociations en remettant en cause presque systématiquement certains passages importants » de la charte, déplore le recteur de la grande Mosquée de Paris. 
Des « membres de la mouvance islamiste » auraient fait croire « que cette charte avait pour ambition de toucher à la dignité des fidèles musulmans », précise Chems-Eddine Hafiz. dénonçant « un mensonge éhonté ». « J’estime », ajoute-t-il, « que la représentation des musulmans mérite autre chose (...) que des agissements douteux entourés d’actions qui cherchent à diviser la communauté nationale et à séparer les Français de confession musulmane de leur société ».

La légitimité du CFCM en tant qu’instance représentative des musulmans français fait depuis longtemps débat, au sein même de la communauté. Le rôle accordé par l’Etat au CFCM pour la création du CNI, avait aussi été critiqué début décembre par une dizaine de figures de l’islam.

Illustration d’article : ©PackShot - stock.adobe.com

Evénement
Projet de loi « Principes de la République » : les sénateurs débuteront la 1ère lecture du texte le 30 mars

La commission des loi du Sénat a démarré ses auditions de personnalités sur le projet de loi "Principes de la République" le 3 février. Les sénateurs examineront le texte en première lecture à partir du mardi 30 mars.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.