«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 2 juillet 2020

L’abstention électorale convie élus et citoyens au chevet de la démocratie locale

Record absolu : avec 58, 4 % d’abstention dimanche dernier, jamais la participation n’a été aussi faible lors d’élections municipales en France. Cette fois-ci, l’opinion jusqu’ici largement répandue que les maires sont les élus préférés des Français et les élections locales le (dernier) véritable lieu de l’expression citoyenne est gravement contredite. Et si, comme nous l’avions titré vendredi dernier, « la République commence dans la commune », à l’avenir, vu la hauteur des scores obtenus par les listes élues dans beaucoup de villes moyennes et notamment dans les dix plus grandes villes de France, elle pourrait bien s’y morceler.
En effet dans ces dix plus grandes villes de France, hormis Jean Luc Moudenc réélu à Toulouse avec 22,8 % des voix, les neufs autres têtes de listes l’ont été avec moins de 20 % comme Anne Hidalgo à Paris avec 18,2 % et Martine Aubry à Lille avec 12,7 %. Des scores qui posent le problème d’une démocratie qui fonctionne mais qui n’est plus représentative de ses idées et de ses hommes et femmes.

Pourtant les Français veulent encore croire dans la politique locale. C’est tout le paradoxe de cette « vague verte » qui aurait submergé la France et tout le moins, les électorats de métropoles comme Bordeaux et Lyon qui ont pourtant connu elles aussi des records d’abstention (respectivement 61,7 % et 59,3 %).
Alors s’agit-il d’un sursaut d’espérance ? Sans aucun doute. D’angoisse aussi. Car face au changement climatique qui, d’année en année, se fait palpable, vérifiable et inexorable, de plus en plus de Français prennent peu à peu conscience qu’il y a urgence à penser un autre monde ou à penser le monde différemment. Beaucoup d’entre eux, au travers d’actions militantes, des plus anodines, la sobriété, au plus démonstratives, les manifestations et les occupations, renouent avec l’exaltation de l’engagement politique et de l’idéalisme , « le tendre vers », et des idées qui prônent le « mieux » et non le « plus ».
Il est également certain, la nature ayant horreur du vide, que les messages « écologistes » sont venus remplir celui créé par l’usure du pouvoir, la pratique d’habitudes de gouvernance qui n’en deviennent que plus mauvaises et délétères quand elles s’instituent en règles.

Heureusement en France, notre tissu associatif est la richesse de notre vie locale. De fait, dans le mandat qui s’ouvre, les nouveaux élus auront sans doute plus qu’à l’ordinaire l’obligation de s’appuyer dessus pour compenser les effets néfastes de cette abstention massive, pour faire vivre la démocratie locale au delà de ce vote, et ainsi protéger et renforcer les communes. Périclès disait : « les vraies murailles de la Cité, ce sont les citoyens ».

Evénement
L’Imame sur Arte

Sherin Khankan a ouvert à Copenhague la première mosquée 100% féminine d’Europe. Une remise en question de la structure et des lectures patriarcales des institutions religieuses, du progressisme et de la mixité, voilà ce que Sherin préconise. Ce discours ne plaît pas à tout le monde mais elle n’en a cure. Jusqu’à ce que son impétuosité ne mette à mal l’organisation interne de la mosquée et de la mixité, voilà ce que Sherin préconise.

L’Imame, à voir absolument ! C’est sur Arte !
Disponible du 03/06/2020 au 15/08/2022

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.