«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Philippe LEGLISE
  • Publié le 11 janvier 2019
  • Mise à jour: 1er février 2019

Saint-Vincent Tournante à Vezelay, les 26 et 27 janvier

Vezelay, dans l’Yonne, et sa toute fraîche AOC, vont recevoir, les 26 et 27 janvier, à l’occasion de la 75e Saint-Vincent Tournante des Chevaliers du Tastevin, plus de 100 délégations de sociétés de Secours Mutuel de toute la Bourgogne pour un hommage aux anciens et à Saint-Vincent, patron des vignerons.

En Bourgogne, une tradition vigneronne multi-séculaire veut que dans chaque village, le 22 janvier, date de la Saint-Vincent, les viticulteurs se retrouvent au sein de leur société de secours mutuel, pour célébrer leur saint-patron et faire « tourner », pour une année ; la statuette qui le représente d’un domaine viticole à un autre.

Reprenant l’idée, mais en faisant de la Bourgogne un grand « village » et de chaque village viticole un « domaine », la toute jeune confrérie des Chevaliers du Tastevin (1934) lançait, en 1938, la première Saint-Vincent Tournante. Chambolle-Musigny, dans la côté de Nuits, y accueillit 6 délégations viticoles.

Les 26 et 27 janvier prochain, c’est près de 100 délégations de sociétés de Secours Mutuel, avec bannière brodée et statuette de leur saint patron, qui défileront dans les rues de Vezelay, dans l’Yonne, à l’occasion de la 75e édition de la manifestation.

Après les hommages à Saint-Vincent et aux anciens vignerons par les Chevaliers du Tastevin, les visiteurs attendus par dizaines de milliers, pourront, pendant 2 jours de fête et au milieux de nombreuses animations, y déguster -avec modération- dans 10 caveaux ouverts spécialement, les vins du finage, devenu AOC Vezelay en 2017, la 44e appellation « village » de Bourgogne.

Exclusivement de vin blanc issu du cepage chardonnay, le vignoble de Vezelay,couvre environ 100 hectares, sur les communes de Vezelay, Tharoiseau, Asquin et Saint-Père-sous-Vezelay.

Mais si l’hommage à Saint-Vincent, à travers un superbe office religieux, est l’un des temps forts de la manifestation, renouant ainsi aux origines des sociétés vigneronnes de Secours Mutuel de Bourgogne, nées à la fin du XVIe siècle, la laïcité naissante du XIXe siècle, s’est largement « invitée » dans leur histoire.

Créées pour venir en aide matérielle aux vignerons accidentés ou qui tombent malades et aux veuves en difficultés, dans les travaux dei la vigne, ces sociétés à forte connotation religieuse parce qu’il fallait prier les saints pour préserver le vignoble des aléas climatiques et des maladies, se plaçèrent majoritairement sous l’autorité morale de Saint-Vincent, alors patron « avéré » des vignerons, mais certaines préfèrent d’autres protecteurs.

Elles furent mises en sommeil à la Révolution, victimes des lois d’Allarde et Le Chapelier (1791). Lorsqu’elles se réveillèrent au XIXe siècle (Pommard 1832, Puligny-Montrachet 1837, Gevrey-Chambertin 1842... ) leur référence chrétienne était toujours forte.

Mais dans la seconde partie du siècle, les dispositifs légaux qui les régissent, vont leur imposer une « mise en conformité républicaine ». Dans certains villages, Il y aura scission et création de 2 sociétés, l’une sous le nom du saint antérieur, l’autre devenant souvent « Union », ou « Fraternelle ». 
Sur les bannières, les symboles changent. Des mains « conpagnonniques » entrelacées apparaissent en lieu et place des broderies des saints, des raisins ou autres blasons.

Le cas le plus étonnant est celui de Pommard, alors la commune de Bourgogne la plus célèbre au monde pour ses vins rouges.
En 1832, la société de Saint-Thibault (dont l’origine remontait à 1668) avait repris vie, et créé statuette de saint (celle d’aujourd’hui) et bannière.
En 1850 pour cause d’opinions divergentes entre vignerons, une société de Saint-Vincent vit le jour. Elle durera 3 ans avant que les deux ne fusionnent dans une seule et même « société de secours mutuel de Saint Thibault-Saint-Vincent ». Son nom d’aujourd’hui.

Puis, dans cette IIIe République « égalitaire et laïque », certains vignerons de Pommard, rejetant notamment « le service d’église et les processions, » créent en 1882 « l’Union des vignerons de Pommard » Les deux sociétés « vivront » parallèlement 111 ans, jusqu’à leur réunification en 1993, au sein de la société de Saint-Thibault-Saint-Vincent.

Saint-Vincent Tournante de Vezelay (89), les 26 et 27 janvier. Accès par l’autoroute A6, sortie 22 Avallon, puis direction Vezelay-Clamecy.par D957.

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.