«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 29 juillet 2020

Les aumôneries bouddhistes

Les aumôneries bouddhistes sont officiellement agréées dans les hôpitaux et les prisons depuis le printemps 2013. Une reconnaissance qui en fait la cinquième tradition religieuse appelée à participer au service d’aumônerie dans le cadre de la laïcité. La formation et le suivi des aumôniers proposé en milieu hospitalier ou carcéral est assurée par les commissions de l’UBF en charge des aumôneries.

Engagée depuis 2011 dans un processus de développement de la désignation et de la formation d’aumôniers bouddhistes, l’Union bouddhiste de France (UBF) a conçu une formation spécifique pour ses aumôniers et un processus et des critères à même de désigner des aumôniers bouddhistes en milieu hospitalier et carcéral. Pour cela, elle a établi une charte des aumôneries bouddhistes qui précise le processus d’agrément par l’UBF de la capacité à occuper une fonction d’aumônier bouddhiste, la mission et le champ d’intervention du ministre du culte bouddhiste et sa relation avec l’UBF.

Il faut rappeler que de manière générale et selon les textes en vigueur, la mission des aumôniers est de « célébrer les offices religieux, d’administrer les sacrements et d’apporter aux détenus ou aux patients qui les sollicitent, une assistance pastorale ». Leur rôle est « spirituel et moral ».
En milieu hospitalier, le recrutement d’aumôniers en qualité d’agents contractuels ou autorisés en tant que bénévoles est soit du ressort de l’établissement hospitalier ou médico-social qui recrute, soit effectué sur proposition de l’UBF qui lui présente des candidats ayant suivi une formation et étant recommandés par leur centre, pagode et/ou leur maître. L’UBF assure un suivi des aumôniers recrutés dans cette filière. Il arrive aussi que ce recrutement se fasse suite à une démarche directe de centres ou pagodes auprès d’établissements hospitaliers de leur région. Mais dans ce cas aussi c’est l’UBF qui au final est responsable de la candidature. Les agréments délivrés par l’UBF sont d’ailleurs annuels et renouvelables sur demande écrite de l’aumônier et de sa communauté d’origine.

Depuis 2013 l’Union Bouddhiste de France organise chaque année des sessions de formation des aumôneries bouddhistes en milieux hospitalier et carcéral. La septième formation (2019) s’est déroulée les samedi 05 et dimanche 06 octobre 2019 à l’Institut Institut Vajra Yogini Les Clauzades, 81500 Marzens. La prochaine aura lieu les 3 et 4 octobre à côté de Strasbourg.
Obligatoire pour les personnes bénéficiant déjà d’un agrément d’aumônier ou auxiliaire bouddhiste en milieu hospitalier ou carcéral et les personnes en cours d’agrément d’aumônier, ces sessions sont aussi ouvertes aux personnes intéressées par l’une ou l’autre de ces fonctions.

À ce jour, les aumôneries bouddhistes (ils sont 12 pour le milieu hospitalier et un peu plus nombreux pour les prisons) ne bénéficient d’aucun financement ou subvention publics. Les aumôniers agréés sont tous bénévoles et l’ensemble de leurs frais sont actuellement pris en charge par leur communauté ou par eux-mêmes. L’UBF réfléchit à des moyens pour constituer un fond dévolu aux aumôneries mais tout est à construire. Tout don, même modeste, peut être effectué en téléchargeant le bulletin et sera de la plus grande utilité.

L’aumônier national des prisons pour le culte bouddhiste est Lama Droupgyu (Fabienne GUILLAUME). 
Le coordonnateur des aumôneries bouddhistes en milieu hospitalier est François LECOINTRE.
Contacts et informations 
 : Union Bouddhiste de France : ubf-aumoneries(at)bouddhisme-France.org , Grande Pagode de Vincennes, Route de ceinture du Lac Daumesnil, 75012 Paris. 


Evénement
L’Imame sur Arte

Sherin Khankan a ouvert à Copenhague la première mosquée 100% féminine d’Europe. Une remise en question de la structure et des lectures patriarcales des institutions religieuses, du progressisme et de la mixité, voilà ce que Sherin préconise. Ce discours ne plaît pas à tout le monde mais elle n’en a cure. Jusqu’à ce que son impétuosité ne mette à mal l’organisation interne de la mosquée et de la mixité, voilà ce que Sherin préconise.

L’Imame, à voir absolument ! C’est sur Arte !
Disponible du 03/06/2020 au 15/08/2022

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.